1 thought on “PIMIHEL

  1. shinichi Post author

    Anonymous pirate une base de données du ministère de la Défense

    par PIMIHEL

    Mes Actus

    http://mes-actus.fr/anonymous-pirate-une-base-de-donnees-du-ministere-de-la-defense/

    Cette fuite, repérée par la société de cybersécurité CybelAngel, dévoile les noms, postes, mots de passe, numéros de téléphone et adresses e-mail d’employés de fournisseurs travaillant pour le ministère de la Défense.

    D’autres internautes se revendiquant d’Anonymous ont récemment attaqué les sites de l’Assmembée nationale, du Sénat, de Pôle Emploi et du parti socialiste pour protester contre l’augmentation du chômage et l’état d’urgence.

    Un blog se revendiquant du mouvement de hackers Anonymous a annoncé, lundi soir, le piratage d’un sous-domaine du ministère de la Défense.

    Lire la suite sur http://www.lefigaro.fr

    **

    Les pirates affirment avoir agi en protestation à la prolongation jusqu’au 26 mai de l’état d’urgence en France, les ventes d’armes à travers la planète, notamment celles de la France à l’Arabie Saoudite. À la fin du mois de janvier, plusieurs activistes se revendiquant des Anonymous avaient attaqué les sites de l’Assemblée nationale, du Sénat, de Pôle emploi et le blog du nouveau ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas afin de protester contre l’état d’urgence et la hausse du chômage.

    Parmi les milliers d’informations publiées lundi soir, la fuite, repérée par la société spécialisée dans la cybersécurité CybelAngel, dévoile les noms, les postes, les mots de passe, les numéros de téléphone et les adresses e-mail d’employés de prestataires et de fournisseurs travaillant pour le ministère de la Défense.

    Un groupe lié au mouvement des anonymous a revendiqué le piratage de données sensibles d'un sous-site du ministère de la Défense.

    Lire la suite sur http://www.rtl.fr

    **

    Un site lié à Anonymous a également publié des images présentées comme des captures d’écran de l’interface d’administration du site. « Les fichiers publiés en ligne contiennent relativement peu de données, environ 10 000 lignes de texte, mais ces informations sont sensibles, notamment parce qu’elles peuvent servir pour mener des attaques ciblées », note Damien Damuseau, de l’entreprise de sécurité informatique Cybelangel, qui a repéré la diffusion des documents.

    Un site lié au mouvement informel Anonymous a publié lundi 22 février une série de documents se présentant comme des extraits de la base de données d’un sous-site du ministère de la défense, le Centre d’identification des matériels de la défense (CIMD).

    Dans un court message accompagnant les documents, Anonymous explique avoir piraté ce sous-site du ministère de la défense pour protester à la fois contre la prolongation de l’état d’urgence en France, les ventes d’armes dans le monde – et notamment les ventes d’armes par la France à l’Arabie saoudite – et l’action de l’OTAN.

    Lire la suite sur http://www.lemonde.fr

    **

    Recevez l’actu de l’Opinion tous les matins par email. l’Opinion est un média nouvelle génération, présent sur tous les supports : web, smartphones, tablettes, vidéo et quotidien papier. l’Opinion couvre l’actualité politique, économique et internationale.

    Lundi 22 février, des documents issus de la base de données du Centre d’identification des matériels de la défense (CIMD), un sous-site du ministère de la Défense, ont été piratés. Le CIMD.

    Un site lié à Anonymous a publié, mardi, des documents extraits de la base de données d’un sous-site du ministère de la Défense.

    Lire la suite sur http://www.lopinion.fr

    **

    De plus, la fuite intervient quelques jours seulement après qu’un collectif Anonymous a annoncé une attaque par déni de service sur le site internet de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi), rattachée au Premier ministre via son affiliation au Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale.

    Vers 20 heures hier soir, un sous-site du ministère de la Défense a été piraté par des personnes aux revendications « proches de celles d’Anonymous », indique la start-up Cybelangel spécialisée dans la sécurité informatique.

    Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d’accès et de rectification sur ces données nominatives.

    Lire la suite sur http://www.lesechos.fr

    **

    C’est ce type d’attaque qui vient de toucher un espace du site du Ministère de la Défense. « Votre portail web est temporairement inaccessible en raison d’activités de maintenance.  » voilà le message qui s’affiche, depuis le 22 février, sur la page de l’espace web CIMD du Ministère de la Défense. « Le portail du CIMD est temporairement indisponible en raison d’activités de maintenance pour une durée d’au moins 24 heures. Afin de répondre à vos questions concernant le Système OTAN de codification ou nos outils et services, la hotline du CIMD est ouverte du lundi au vendredi de 8h00 à 16h00« .

    Nous avons d’abord l’internaute qui veut crier haut et fort à la face du monde qu’il est un génie de l’informatique ; nous avons ensuite d’autres « génies » qui découvrent que par le piratage informatique, gagner un peu de notoriété et de l’argent via des forums, des espaces dédiés aux pirates, dans le dark web est assez simple.

    Le/les pirate(s) indique(ent) agir pour plusieurs opérations Anonymous allant de l’OP Afrique, l’OP NATO, contre l’Etat d’Urgence, les ventes d’arme dans le monde par les entreprises Françaises, l’OP New Blood ou encore pour la libération d’Anonymous arrêtés dans le monde !

    Lire la suite sur http://www.zataz.com

    **

    Plusieurs heures après cette revendication, ce portail métier du ministère de la Défense a été rendu inaccessible, une page statique livrant le message suivant aux internautes : « Le portail du CIMD est temporairement indisponible en raison d’activités de maintenance pour une durée d’au moins 24 heures. » Ce mardi 23 février, peu avant midi, le portail du CIMD était toujours inaccessible.

    Lundi 22 février, des hackers protestant contre le rôle de la France dans le commerce des armes (la France est le 4e exportateur mondial d’armes, selon l’institut Sipri), ont revendiqué le piratage du portail du CIMD (Centre d’identification des matériels de Défense), rapporte Softpedia.

    Ciblé par des hackers Anonymous, le portail du Centre d’identification des matériels de la Défense (CIMD) a été rendu inaccessible les 22 et 23 février pour « maintenance ».

    Lire la suite sur http://www.silicon.fr

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.