Gilles Deleuze

… à la différence des arbres ou de leurs racines, le rhizome connecte un point quelconque avec un autre point quelconque, et chacun de ses traits ne renvoie pas nécessairement à des traits de même nature, il met en jeu des régimes de signes très différents et même des états de non-signes. Le rhizome ne se laisse ramener ni à l’Un ni au multiple. Il n’est pas l’Un qui devient deux, ni même qui deviendrait directement trois, quatre ou cinq, etc. il n’est pas un multiple qui dérive de l’Un, ni auquel l’Un s’ajouterait (n + 1). Il n’est pas fait d’unités, mais de dimensions, ou plutôt de directions mouvantes. Il n’a pas de commencement ni de fin, mais toujours un milieu, par lequel il pousse et déborde. il constitue des multiplicités linéaires à n dimensions, sans sujet ni objet, étalables sur un plan de consistance, et dont l’Un est toujours soustrait (n – 1). Une telle multiplicité ne varie pas ses dimensions sans changer de nature en elle-même et se métamorphoser. A l’opposé d’une structure qui se définit par un ensemble de points et de positions, de rapports binaires entre ces points et de relations biunivoques entre ces positions, le rhizome n’est fait que de lignes : lignes de segmentarité, de stratification, comme dimensions, mais aussi ligne de fuite ou de déterritorialisation comme dimension maximale d’après laquelle, en la suivant, la multiplicité se métamorphose en changeant de nature. On ne confondra pas de telles lignes, ou linéaments, avec les lignées de type arborescent, qui sont seulement des liaisons localisables entre points et positions. A l’opposé de l’arbre, le rhizome n’est pas un objet de reproduction : ni reproduction externe comme l’arbre-image, ni reproduction interne comme la structure-arbre. Le rhizome est une antigénéalogie. C’est une mémoire courte, ou une antimémoire. Le rhizome procède par variations, expansion, conquête, capture, piqûre. A l’opposé du graphisme, du dessin ou de la photo, à l’opposé des claques, le rhizome se rapporte à une carte qui doit être produite, construite, toujours démontable, connectable, renversable, modifiable, à entrées et sorties multiples, avec ses lignes de fuite. Ce sont les calques qu’il faut reporter sur les cartes et non l’inverse. Contre les systèmes centrés (même polycentrés), à communication hiérarchique et liaisons préétablies, le rhizome est un système acentré, non hiérarchique et non signifiant, sans Général, sans mémoire organisatrice ou automate central, uniquement défini par une circulation d’états. Ce qui est en question dans le rhizome, c’est un rapport avec la sexualité, mais aussi avec l’animal, avec le végétal, avec le monde, avec la politique, avec le livre, avec les choses de la nature et de l’artifice, tout différent du rapport arborescent : toutes sortes de “devenirs”. Un plateau est toujours au milieu, ni début ni fin. Un rhizome est fait de plateaux.
… Nous appelons “plateau” toute multiplicité connectable avec d’autres tiges souterraines superficielles, de manière à former et étendre un rhizome. … Chaque plateau peut être lu à n’importe quelle place, et mis en rapport avec n’importe quel autre. Pour le multiple, il faut une méthode qui le fasse effectivement ; nulle astuce typographique, nulle habileté lexicale, mélange ou création de mots, nulle audace syntaxique ne peuvent la remplacer. Celles-ci en effet, le plus souvent, ne sont que des procédés mimétiques destinés à disséminer ou disloquer une unité maintenue dans une autre dimension pour un livre-image.

This entry was posted in reading. Bookmark the permalink.

2 Responses to Gilles Deleuze

  1. shinichi says:

    “Rhizome”

    par Gilles Deleuze

    Capitalisme et schizophrénie 2 — Mille Plateaux

    par Gilles Deleuze et Felix Guattari

  2. shinichi says:

    (sk)

    西洋では神とか王とかのような絶対的な存在を作り上げ、そこから木の枝が分かれていくような感じの階層構造を作り上げ、なにもかもを構造的に考えてきた。そしてそうすることが、論理的なのだというように思い込んできた。

    でも東洋では、始まりも終わりもなく、絶対的な存在もないなかで、西洋では排除されてしまうような考えが伝わってきた。

    ドゥルーズは、Rhizome(地下茎)という言葉を使い、構造的なアプローチではない考え方を探り、一見非論理的に見えるアプローチも、それなりに意味があるということを示した。

    ドゥルーズの考え方は、権威やモラル、それに信仰の否定という見方をされるが、実際は否定ではなく無視なのではないか。無視は否定よりも強い。

    インターネットの時代が来て、マスメディアによる階層構造的な情報の操作と情報の支配に終わりが来て、東洋的な考えが広まることは、権威の側、権力の側にとってはとても都合が悪い。

    権威の側、権力の側はどんなにカネをかけようと、インターネット上の情報の操作と情報の支配を目論むだろう。でもそれは失敗に終わる。失敗した時に、権威の側、権力の側がどのように牙をむくのか。それは決して快いものではないだろうが、どんなものなのかはぜひ知りたいと思う。

    皮肉な事に、ドゥルーズが木の幹、枝、葉といった階層構造に代わるものとして使った Rhizome(地下茎)は、地上の茎となんら変わりのないものだということがわかっている。でもそれでも、Rhizome という単語の持つ響きが、ドゥルーズの考えを広めるのに役に立った気がする。

Leave a Reply

Your email address will not be published.