新华社

Peter近日,国家安全机关和公安机关联合破获一起危害国家安全案件,成功打掉一个以“中国维权紧急援助组”为名、长期接受境外资金支持、在境内培训和资助多名“代理人”、从事危害国家安全犯罪活动的非法组织。彼得·达林(瑞典籍)等犯罪嫌疑人被依法采取刑事强制措施。
彼得说,“差不多所有的报告都是通过网上搜索查询等方式做出来的,并不能反映真实全面的情况,具体案例我没有亲眼所见,我不能保证报告中的内容属实。”


This entry was posted in information. Bookmark the permalink.

3 Responses to 新华社

  1. shinichi says:

    我国执法部门破获一起危害国家安全案件 彼得等犯罪嫌疑人被依法采取刑事强制措施

    来源: 新华社

    http://news.xinhuanet.com/legal/2016-01/19/c_1117827737.htm

      新华社北京1月19日电 近日,国家安全机关和公安机关联合破获一起危害国家安全案件,成功打掉一个以“中国维权紧急援助组”为名、长期接受境外资金支持、在境内培训和资助多名“代理人”、从事危害国家安全犯罪活动的非法组织。彼得·耶斯佩尔·达林(瑞典籍)等犯罪嫌疑人被依法采取刑事强制措施。

      经查明,2009年8月,彼得伙同北京锋锐律师事务所律师王全璋(涉嫌犯罪,已另案处理)等人,在香港注册成立名为“Joint Development Institute Limited”(简称JDI)的机构,在境内以“中国维权紧急援助组”的名义活动,未履行任何注册备案程序,资金入境和活动完全脱离正常监管。该组织长期接受某外国非政府组织等7家境外机构的巨额资助,按照这些境外机构设计的项目计划,在中国建立10余个所谓“法律援助站”,资助和培训无照“律师”、少数访民,利用他们搜集我国各类负面情况,加以歪曲、扩大甚至凭空捏造,向境外提供所谓“中国人权报告”。同时,该组织通过被培训的人员,插手社会热点问题和敏感案事件,蓄意激化一些原本并不严重的矛盾纠纷,煽动群众对抗政府,意图制造群体性事件。该组织曾经资助的幸清贤与境外勾连、策划组织锋锐律师事务所律师王宇之子偷越国边境。幸清贤涉嫌犯罪被另案处理。

      彼得对上述情况供认不讳。他说,“差不多所有的报告都是通过网上搜索查询等方式做出来的,并不能反映真实全面的情况,具体案例我没有亲眼所见,我不能保证报告中的内容属实。”他还供述,某外国非政府组织提供的项目书明确提出JDI每年发起不少于96起针对中国政府的诉讼、发起针对公民律师的培训等内容。对这些所谓的公民律师,JDI会每个月支付其工资3000元人民币,而对像北京锋锐律师事务所王全璋这样的执业律师,除每个月支付工资5000元人民币外,还额外支付每个案件2万元人民币,支持他们发起针对政府的诉讼。

      该组织成员王某、邢某供述,彼得等人是西方反华势力安插在中国的眼线,他们搜集中国的负面信息,由境外势力加以利用,在国际上抹黑中国国家形象;以帮助中国发展为名,在中国民间不断培植势力,挑起访民群体、敏感案事件当事人等对党和政府的不满情绪,以各种手段蒙蔽、利诱更多不知情人员,伺机在国内制造事端,扰乱国家和社会秩序,妄图以此影响、改变中国的社会制度。

      另据查明,近年来,该组织接受境外资金近1000万元人民币。为牟取私利,彼得等人通过虚增项目、虚报工资等手段,将接受的境外资金层层截留,接近半数的资金被用于个人开销或中饱私囊。“表格是在申请项目时用来要钱的,但最终钱不一定发下去,因为如果我真的按照表格来发放工资,我就没有利润了。”彼得供认。

      彼得表示,自己在接受调查期间受到良好的对待,患病服药问题也得到了很好的解决,还被允许与瑞典驻华使馆人员会见,体现了人道主义关怀,感到很满意。对于自己的行为,彼得表示十分后悔,“我在中国从事了违反中国法律的活动,伤害了中国政府和中国人民,为此我要深深致歉。”

      经过多日反思,王某、邢某对自己的行为感到痛心疾首、追悔莫及。王某说:“我深刻认识到自己所犯错误的严重性,作为一名中国人,决不能做有损于国家利益、民族利益的事情,希望能给我一个改正错误的机会,让我为自己的错误行为赎罪。”邢某说:“我帮彼得干的这些事情,客观上为境外反华势力攻击中国提供了炮弹,危害何其严重,我愿意积极认罪悔过,恳请宽大处理。”

      1月3日,彼得涉嫌资助危害国家安全犯罪活动罪被国家安全机关拘传,后转为监视居住。1月16日,国家安全机关根据《维也纳领事关系公约》相关规定,安排瑞典驻华使馆人员与彼得进行了会见。

      目前,案件正在进一步侦办中。

  2. shinichi says:

    中国释放瑞典人权活动人士彼得·达林

    BBC

    http://www.bbc.com/zhongwen/simp/china/2016/01/160126_china_swedish_ngo_worker

    Peter2被控危害中国国家安全的瑞士公民彼得·达林已获释,并被中国当局驱逐出境。瑞典外交部证实达林已离开中国。

    瑞典人权活动人士彼得·达林(Peter Dahlin)现年35岁,曾在2009年与中国维权律师王全璋在香港共同创立“人权卫士紧急救援协会”,关注中国人权,并在北京营运非政府组织“中国紧急行动工作组”(Chinese Urgent Action Working Group)。

    位于美国波士顿的“中国紧急行动工作组”发言人麦克尔·卡斯特(Michael Caster)在社交网站“推特”上证实,在被中国秘密拘押三周之后,达林已被中国释放并驱逐,他的中国籍女友潘金玲(Pan Jinling)也已获释,但没有离开中国。

    瑞典外交部长瓦尔斯特伦此前在一份声明中说:“对于彼得·达林现在能和自己在瑞典的家人团聚,我表示欢迎。这是瑞典外交部和中方紧密联络的结果。”

    “中国紧急行动工作组”发言人卡斯特表示,对他的同事和友人能“安全返回瑞典”,感到高兴。

    英国《卫报》引述卡斯特说,达林获释一事不能模糊这样一个事实,即达林旨在提供支持的很多中国人
    权活动人士仍被当局拘押,他们所做的事情不过是促进和保护所有中国公民的人权。

    卡斯特还表示,他希望国际社会继续向对待达林的个案一样,继续关注他们的境况。

    《卫报》说,目前尚不清楚达林令人意外获释的背景。

    达林据信是今年1月4日在准备登机前往泰国途中失踪,并据信在一次严打中被中国拘捕。他被拘禁时正赶上中国计划通过新法律来控制境外非政府组织的活动,此举引来海外组织的普遍关切。

    达林所在的组织称,他们在中国为通过司法途径向政府维权的律师提供培训和支持。

    中国官方新华社1月19日称,中国国家安全部门近日破获瑞典籍公民彼得·达林与北京锋瑞律师事务所从事“危害国家安全”活动一案。达林被控“伙同”已被中国当局批捕的北京锋瑞律师事务所律师王全璋“蓄意激化矛盾纠纷,煽动群众对抗政府”。

    新华社报道则指控达林的“中国紧急行动工作组”在中国建立法律援助站,资助和培训无照“律师”和少数访民,以此收集中国各类负面情况,向境外提供“中国人权报告”。

    中国官媒报道,达林与锋锐律师事务所有连结,亦有向维权人士提供资金。

    中国中央电视台上周播出了达林“公开忏悔”的视频,称达林“对所犯罪行供认不讳”。不过,外界有看法质疑,达林疑受压而被迫公开认错。

    美国国务院副发言人唐纳(Mark C. Toner)就事件回应说:“在中国,近日越来越多人看来被逼在官方媒体承认干犯罪行,而这些人包括欧洲公民,美国对此感到关注。”

    另一位瑞典公民、中国出生的香港书商桂民海在去年底于泰国失踪后,日前也以被警方拘押的形象出现在中国中央电视台上。

    桂民海承认数年前曾酒驾导致一名少女死亡。他在中国央视播出的视频中说:“我不希望任何个人和机构,包括瑞典政府,介入干预我的事情。”

    但瑞典外交部长瓦尔斯特伦称,她对桂民海表示“严重关切”。

    她说:“我们正不断努力,希望能得到一个他本人现况的清晰图景,并尽全力希望能有和他会面的可能。”

    (编译/责编:萧尔)

  3. shinichi says:

    La Chine expulse un responsable d’ONG suédois après des aveux télévisés

    par Brice Pedroletti (Pékin, correspondant)

    Le Monde.fr

    http://www.lemonde.fr/international/article/2016/01/25/en-chine-les-confessions-orwelliennes-d-un-responsable-d-ong-suedois_4853246_3210.html

    La Chine a expulsé lundi le responsable suédois d’une organisation de soutien aux avocats des droits de l’homme, quelques jours après la diffusion par CCTV de ses excuses pour avoir « causé du tort au gouvernement chinois ». « Le ministère chinois des affaires étrangères a expliqué que Peter [Dahlin] avait été expulsé ce 25 janvier. Il doit être sur le chemin du retour » explique au Monde Michael Caster, un ami et collègue au sein du Chinese Urgent Action Working Group.


    Peter3


    Les confessions télévisées de Peter Dahlin avaient suscité l’émoi dans les milieux associatifs et les chancelleries européennes en Chine. Il avait été intercepté par la police chinoise dans la nuit du 3 janvier sur la route de l’aéroport à Pékin et incarcéré. Le 19 janvier, une chaîne publique, CCTV 13, diffusait un long reportage étayant les soupçons d’activités subversives prêtées à M. Dahlin et aux avocats que soutenait son association, tous à ce jour en détention.

    Le Suédois y reconnaissait avoir « violé la loi chinoise » à travers ses activités en Chine. « J’ai blessé les sentiments du peuple chinois » se repentait M. Dahlin face à la caméra. La mise en scène par les médias chinois de la culpabilité de « suspects » dans les dossiers de défense des droits de l’homme est devenue une marque de fabrique de la présidence de Xi Jinping. C’est la première fois toutefois qu’un responsable étranger d’ONG y a été contraint.

    La ministre suédoise des affaires étrangères, Margot Wallström, avait qualifié vendredi « d’inacceptable » la détention de M. Dahlin. Reporters sans frontières (RSF) avait appelé jeudi 21 janvier l’Union européenne à prendre des sanctions contre CCTV et l’agence de presse Xinhua, au motif qu’elles sont « des armes de propagande massive et cessent de facto d’être des médias. » À Pékin, l’ambassadeur d’Allemagne, Michael Clauss, a rappelé dans un communiqué en chinois que « les déclarations d’une personne détenue n’ont leur place que dans un tribunal, en présence d’un avocat librement choisi, et non pas sur la télévision d’Etat ».

    Le reportage de CCTV sur l’affaire Peter Dahlin livrait au public chinois le parfait scénario de l’implication des « forces hostiles » occidentales dans les « activités subversives » des avocats des droits de l’homme chinois – en l’occurrence ceux de la firme Fengrui, dont plusieurs membres connus ont été inculpés il y a dix jours pour « subversion de l’Etat ».

    M. Dahlin y était nommément accusé par la voix off « d’interférer sur des dossiers chauds et sensibles » et de « susciter des incidents collectifs » – comme par exemple la tentative de deux militants chinois financés par l’ONG de faire sortir de Chine en octobre dernier le fils de l’avocate Wang Yu. Cette personnalité emblématique du combat pour l’état de droit en Chine était alors en détention secrète. Tous deux appartiennent à Fengrui. Les médias officiels chinois avaient déjà largement instrumentalisé l’affaire.

    M. Dahlin reconnaissait avoir soutenu des militants qui ont « violé la loi », en « faisant passer illégalement une frontière internationale au fils de Wang Yu ». Puis le Suédois détaillait le barème des primes accordées aux avocats : 700 euros par mois pour un projet spécifique et jusqu’à 3 000 euros pour « les avocats travaillant sur des cas difficiles ». Sans transition, le commentateur affirmait que M. Dahlin « a utilisé pour ses besoins personnels » la moitié du 1,5 million d’euros de financement reçus par l’ONG.

    Théâtre de l’absurde

    Pour conforter la thèse du complot ourdi par des forces hostiles étrangères, plusieurs militants apparaissaient à leur tour devant la caméra. Un certain M. Wang, dont les yeux étaient floutés, avouait avoir pris conscience « que cette organisation était la tête de pont d’une vaste entreprise antichinoise. Elle cherchait à placer en Chine ses espions afin de trouver des problèmes dans les couches les moins privilégiées de la société, de déformer, exagérer et inventer les faits ». Plusieurs militants chinois ont reconnu dans ce « témoin » providentiel Wang Qiushi, un jeune avocat des droits de l’homme « disparu » le 9 janvier. Ils jugent ses propos « totalement incompatibles avec ses convictions ».

    Ce théâtre de l’absurde afflige ceux qui connaissaient Peter Dahlin et son association. « Cette ONG avait une action totalement légitime sur les droits des travailleurs, la formation d’avocats aux pieds nus [qui plaident dans les affaires de droits de l’homme] ou de journalistes. Ils soutenaient aussi des familles de défenseurs des droits de l’homme emprisonnés » explique sous couvert d’anonymat un diplomate européen anciennement en poste à Pékin. L’ONG était soutenue par les grands bailleurs de fonds, dont l’Union européenne, directement depuis Bruxelles. « C’était à la demande de l’ONG car ils souhaitaient être discrets » poursuit cette source. Cette stratégie a donné prise aux accusations du régime.

    L’attaque contre l’ONG de Peter Dahlin s’inscrit dans une offensive au long cours contre le milieu associatif chinois et les avocats des droits de l’homme. « Dans les villes petites et moyennes, les autorités veulent bannir de chez elles les avocats de droits de l’homme. Or, qu’est-ce qui définit un avocat des droits de l’homme ? On ne revendique pas cette qualité. Mais les autorités vous collent cette étiquette dès que vous défendez certaines victimes [les dissidents, les membres du mouvement religieux banni Falun Gong, etc.] », avait confié au Monde sous couvert d’anonymat il y a quelques mois l’un des militants chinois incarcérés apparaissant dans le reportage sur Peter Dahlin. Cette personne disait subir une pression intense de la part des agents chargés de la surveiller : « Ils me disent : cette fois, ce n’est plus pareil. C’est grave. On doit suivre les ordres, on ne peut rien faire ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.