Émile Faguet

L’enfant, en France, est élevé par ses parents dans la haine d’une certaine catégorie de Français ; et la première chose, presque, qu’on lui désigne, c’est un ennemi, très proche, quelqu’un, à côté de lui, qu’il faut s’habituer à détester et à injurier sans motif très précis ; mais pour montrer qu’on est le fils de son père.
Je crois que cela est « dans le sang ».

This entry was posted in memory. Bookmark the permalink.

2 Responses to Émile Faguet

  1. shinichi says:

    L’Anticléricalisme

    par Émile Faguet

    [1906]

    http://obvil.paris-sorbonne.fr/corpus/critique/faguet_anticlericalisme.html

    Chapitre premier.

    L’irréligion nationale.

    L’enfant, en France, est élevé par ses parents dans la haine d’une certaine catégorie de Français ; et la première chose, presque, qu’on lui désigne, c’est un ennemi, très proche, quelqu’un, à côté de lui, qu’il faut s’habituer à détester et à injurier sans motif très précis ; mais pour montrer qu’on est le fils de son père.

    Je crois que cela est « dans le sang ». Ce que sont les partis politiques au XXe siècle, les partis religieux l’étaient au XVIe et au XVIIe siècle. Les guerres de religion n’ont guère été chez nous une manifestation de foi, d’un côté ou de l’autre ; elles ont été, avant tout, une forme du besoin gratuit de guerre civile.

    Faut-il creuser ? On le pourrait, je crois. Faut-il se demander d’où vient lui-même ce besoin chez le Français de se battre contre le voisin, s’il a un couvre-chef d’une autre couleur que la nôtre ; et même ce besoin de n’adopter une autre couleur que la sienne que pour pouvoir se battre contre lui ? On le pourrait, je crois. Le Français est actif de corps et paresseux d’esprit. Il est nerveux et il est de cerveau nonchalant. Il sent le besoin d’agir et il n’aime pas à se donner beaucoup de peine pour trouver un motif d’agir, c’est-à-dire une idée. Il s’ensuit que sur un simple prétexte, sur une ombre d’idée adoptée en courant, il se jette en campagne et il frappe. Les premiers coups échangés sont ensuite un motif suffisant de continuer, par rancune, indéfiniment. Le Français peut donc livrer et soutenir une longue guerre sans avoir jamais eu un motif vrai de l’entreprendre, et être soutenu lui-même pendant cette longue lutte acharnée par une idée qu’en vérité il n’a jamais eue, et qui, à le bien prendre, n’existait pas.

  2. shinichi says:

    (sk)

    19世紀の終わりから20世紀の初めにかけて、ヨーロッパでは、「フランス人とは」「ドイツ人とは」というような文章が多く書かれた。国家主義の台頭と無縁ではない。その後、ふたつの世界大戦をくぐり抜け、そのような文章には誰も耳を貸さなくなった。

    ほんの30年前、英語を知っていても英語は受け付けず、ドイツ人と交流はしながらもドイツを毛嫌いしていたフランス人たちが、今ではすすんで英語を話し、ドイツとの国境のないなかで暮らしている。

    そうすると不思議なことに、Émile Faguet が書いていたようなフランス人の特徴が消えていく。それは嘆くようなことではないと、フランス人自身が思っている。

    フランスに遅れること100年。20世紀の終わりから21世紀の初めにかけて、日本では、「日本人とは」というような文章が多く書かれ、時代遅れの国家主義を掲げる人たちが政権を握った。隣国と仲良くすることすらできず、歴史だの伝統だのといったありもしないことに固執する。

    あといくつかの戦争をくぐらなければ変われないのなら、それも仕方ない。日本人がまわりの国の人たちと上手く付き合えるようになるためには、あといくつの試練を経験しなければならないのだろう。

Leave a Reply

Your email address will not be published.