Michelle Bachelet, Wang Yi

United Nations High Commissioner for Human Rights Michelle Bachelet with Chinese Foreign Minister Wang Yi in Guangzhou, China

**

Chinese Foreign Minister Wang Yi has told UN envoy Michelle Bachelet that Beijing hopes her visit will help “clarify misinformation” about its human rights record.
Wang met the human rights commissioner at the start of her six-day trip and blasted “some countries and anti-China forces” for spreading “false information” and “vilifying China with slanderous attacks”, according to a report by state news agency Xinhua.

3 thoughts on “Michelle Bachelet, Wang Yi

  1. shinichi Post author

    Xinjiang: la visite de l’ONU récupérée par la propagande chinoise
    afp
    (27/05/2022)
    https://www.la-croix.com/Xinjiang-visite-ONU-recuperee-propagande-chinoise-2022-05-27-1301217185

    “De la poudre aux yeux”: la machine de propagande chinoise a jusqu’ici totalement récupéré la visite que mène en Chine la cheffe de l’ONU pour les droits de l’Homme, déplorent des militants pour la défense des Ouïghours.

    Le séjour de Michelle Bachelet, fruit d’âpres négociations entre les Nations unies et Pékin, la conduit notamment dans le Xinjiang (nord-ouest), où les autorités sont accusées de répression à l’encontre de minorités musulmanes.

    La région a longtemps été le théâtre d’attentats commis, selon le gouvernement, par des séparatistes et islamistes ouïghours. Au nom de l’antiterrorisme, le territoire fait l’objet depuis quelques années d’une surveillance draconienne.

    Des études occidentales accusent Pékin d’avoir interné plus d’un million de Ouïghours et de membres d’autres groupes ethniques musulmans dans des “camps de rééducation”, voire d’imposer du “travail forcé” ou des “stérilisations forcées”. Les Etats-Unis évoquent un “génocide”.

    La Chine dénonce des rapports biaisés et parle de “centres de formation professionnelle” destinés à éradiquer l’extrémisme. Elle dément toute “stérilisation forcée”, disant ni plus ni moins appliquer la politique nationale de limitation des naissances.

    Pour des ONG et des militants de la diaspora ouïghoure, Michelle Bachelet s’est laissée entraîner dans une opération de communication du Parti communiste (PCC).

    Les médias officiels chinois ont ainsi abondamment rapporté que l’ex-présidente chilienne de 70 ans aurait loué les progrès de la Chine en matière de droits de l’Homme.

    Il est “clair” que Pékin utilise cette visite “pour promouvoir son propre narratif et défendre son piètre bilan en matière de droits de l’Homme”, déplore Alkan Akad, militant d’Amnesty International, dans une déclaration à l’AFP.

    – Conférence de presse –

    L’objectif est de “montrer au monde [que la Chine] peut soumettre à sa volonté une haute responsable des droits de l’Homme de l’ONU”, affirme à l’AFP Maya Wang, chercheuse à Human Rights Watch.

    Michelle Bachelet est restée quasi muette cette semaine. Mais elle doit donner samedi soir, avant son départ de Chine, une conférence de presse en ligne très attendue.

    Elle devrait y être assaillie de questions sur sa liberté de mouvement, ses échanges avec les habitants et son accès aux centres de détention du Xinjiang.

    Militante ouïghoure basée à Londres, Rahima Mahmut dénonce déjà “de la poudre aux yeux”. “Ce n’est pas l’enquête neutre, indépendante et sans entrave qu’on nous avait promise”, déclare-t-elle à l’AFP.

    Au lieu de cela, Pékin cherche à obtenir “un blanc-seing pour poursuivre la répression, la surveillance, la torture et le génocide”, ajoute-t-elle.

    Michelle Bachelet est au Xinjiang depuis mardi. Elle devait se rendre dans la capitale régionale Urumqi et dans la ville de Kashgar, selon ses services.

    Que fait-elle exactement? Difficile de savoir, car au nom de la prévention contre le Covid-19, sa visite se déroule dans une bulle sanitaire qui exclut toute la presse étrangère.

    La Chine comble le vide médiatique avec des comptes-rendus officiels enthousiastes de ses rencontres avec Xi Jinping ou le ministre des Affaires étrangères Wang Yi.

    – “Utilisée” –

    L’agence Chine nouvelle a ainsi assuré que Mme Bachelet, devant ce dernier, avait “félicité la Chine pour ses importantes réalisations en matière de (…) protection des droits de l’Homme”.

    Contactés par l’AFP, les services de l’ONU n’ont ni confirmé ni démenti que Mme Bachelet avait effectivement tenu ces propos.

    Mais ni les Nations unies ni la Chine n’ont en tout cas mentionné spécifiquement le Xinjiang dans leurs déclarations.

    Un militant ouïghour basé en Norvège, Abduweli Ayup, se dit “déçu” que Michelle Bachelet ait semblé permettre à Pékin de “mal interpréter” ses propos.

    “Ils l’ont utilisée pour leur propagande”, déclare-t-il à l’AFP.

    Les médias chinois ont également diffusé d’abondantes images de l’ex-présidente chilienne se voyant remettre un recueil de citations de Xi Jinping sur les droits de l’Homme.

    Pékin l’a souligné dès le début de la semaine: la visite de Mme Bachelet n’est pas une enquête mais une occasion de “clarifier la désinformation” dont la Chine s’estime victime.

    “Elle doit avoir le courage politique et l’intégrité de s’exprimer lorsque ses paroles et sa visite sont déformées”, estime Steve Tsang, directeur de l’Institut chinois de l’université SOAS à Londres.

    “Si elle n’est pas préparée et incapable de le faire, elle n’aurait pas dû y aller.”

    Reply
  2. shinichi Post author

    国連人権高等弁務官、中国に同調か ウイグル視察も権威付けに加担

    by 板東和正、三塚聖平
    2022/5/28
    https://www.sankei.com/article/20220528-UOBBKEIJSFIJTNMYZVB2LLIJYU/

    28日まで6日間の日程で行われたバチェレ国連人権高等弁務官の新疆(しんきょう)ウイグル自治区訪問に、人権活動家などは早くも厳しい目を向ける。同自治区への訪問を「調査ではない」とする中国側の意向に同調するようなバチェレ氏の発言が報じられ、実効性への疑念が強まったためだ。中国側は、強権的な少数民族政策を正当化すべくプロパガンダを積極化させるとみられる。

    「強い姿勢」見られず

    国連人権高等弁務官事務所は、バチェレ氏の訪中について「中国と世界における人権の向上に向けた協力に役立つことを望む」と主張している。バチェレ氏は習近平国家主席と25日にオンライン会談し、同事務所は「中国や世界における人権問題や懸念について直接協議できる貴重なものだった」と成果を強調した。

    しかし、人権状況を改善するために必要な同自治区での実態把握は「困難」(人権活動家)とみられている。さらに、中国の人権侵害を独立した立場で調査する強い姿勢がバチェレ氏から見られないことに、懸念は高まっている。

    Reply
  3. shinichi Post author

    ウイグル族人権問題で国連高官訪中も「調査なき視察」 記者同行はなし

    by 三塚聖平、板東和正
    2022/5/28

    https://www.sankei.com/article/20220528-3DTV22S3K5I3HIOSEUCJLLXN4M/

    人権侵害が懸念されている中国新疆(しんきょう)ウイグル自治区視察のため訪中していたバチェレ国連人権高等弁務官は日程最終日の28日、オンラインで記者会見した。バチェレ氏は、訪問目的について「調査ではない」との考えを示した。一方で、同自治区で行方不明になっている人々に関し、家族に情報提供を行うよう中国当局に要請したことを明らかにした。

    中国政府は、バチェレ氏の訪問について「目的は双方の交流と協力の促進」だと強調してきており、中国側の意向に沿う形で視察が行われたとみられる。今後、国連が中国側と対話をしていく考えも示した。

    国連の人権高等弁務官が中国を訪問するのは2005年以来だった。バチェレ氏の現地視察は、新型コロナウイルスの感染対策を理由に外部との接触を遮断した「バブル方式」がとられ、記者団の同行もなかったため不透明感が残る結果となった。バチェレ氏は記者会見で、新疆滞在中に「監視はされなかった」とも述べた。

    6日間の滞在中の24日には、少数民族のウイグル族らが強制収容されている問題で、17年に同自治区トップが「拘束者が逃げれば射殺せよ」などと指示していたとする内部資料の流出が判明。現地調査の重要性を主張する声がさらに高まった。だが、独立した現地調査が制限される今回の訪問は、同自治区の人権侵害を否定しようとする中国側のプロパガンダ(政治宣伝)に悪用されかねないと懸念されていた。

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.