>Charles Baudelaire

>

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,
Je respire l’odeur de ton sein chaleureux,
Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone;
Une île paresseuse où la nature donne
Des arbres singuliers et des fruits savoureux;
Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et des femmes dont l’œil par sa franchise étonne.
Guidé par ton odeur vers de charmants climats,
Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine,
Pendant que le parfum des verts tamariniers,
Qui circule dans l’air et m’enfle la narine
Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.
This entry was posted in dream. Bookmark the permalink.

1 Response to >Charles Baudelaire

  1. Anonymous says:

    >Xotic Perfume:

    her, longing for this island of home,
    him, longing for this island of xotic perfume,
    this island, longing for this air of happiness.

    Shine and dazzle,
    waits only for whom
    knows how to protect.

    he belongs to her,
    her belongs to lazy island,
    lazy island belongs to him.

    — inspired by Charles Baudelaire

Leave a Reply

Your email address will not be published.