Francis Jammes

Lorsque je serai mort, toi qui as des yeux bleus
couleur de ces petits coléoptères bleu de feu
des eaux, petite jeune fille que j’ai bien aimée
et qui as l’air d’un iris dans les fleurs animées,
tu viendras me prendre doucement par la main.
Tu me mèneras sur ce petit chemin.
Tu ne seras pas nue, mais, ô ma rose,
ton col chaste fleurira dans ton corsage mauve.
Nous ne nous baiserons même pas au front.
Mais, la main dans la main, le long des fraîches ronces
où la grise araignée file des arcs-en-ciel,
nous ferons un silence aussi doux que du miel ;
et, par moment, quand tu me sentiras plus triste,
tu presseras plus fort sur ma main ta main fine
– et, tous les deux, émus comme des lilas sous l’orage,
nous ne comprendrons pas… nous ne comprendrons pas…

This entry was posted in poem. Bookmark the permalink.

3 Responses to Francis Jammes

  1. shinichi says:

    Lorsque je serai mort

    par Francis Jammes

    (1868-1938)

  2. shinichi says:

    (sk)

    こんな詩がいいと思うなんて。

    僕ももうすぐ死ぬのかもしれない。

Leave a Reply

Your email address will not be published.